Le 26 novembre 2014

Amphithéâtre Jules Michelet de la Sorbonne 

46, rue Saint Jacques, Paris 75005

  

 

 

L’Académie de Géopolitique de Paris, dans le cadre de ses analyses des questions du monde contemporain en collaboration avec "European Human Right protection Fundation", est revenue sur un sujet toujours d'actualité et qui fait couler beaucoup d'encre, à savoir les droits de l'Homme en Europe.  

En effet, protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales tout en permettant un contrôle judiciaire du respect de ces droits individuels ont été les buts essentiels assignés à la Convention européenne des droits de l'homme crée et signée par les États membres du Conseil de l'Europe il y a 64 ans. 

Cependant, ces droits ne sont pas toujours respectés par l’ensemble des pays signataires de ce traité.  

Cette journée d’étude s'est proposée de revisiter les différents aspects et fondements des droits de l’Homme au sien du vieux continent, tout en se penchant sur certains cas de manquement à ces droits. Chercheurs, spécialistes de renom et académiciens ont débattu de la question et ont exposé leurs points de vue et leurs réflexions sur la question, selon le programme suivant :

LE PROGRAMME

16h20 : Inscription 

16h30 : Allocution de bienvenue par Ali Rastbeen, Président de l'Académie de Géopolitique de Paris. 

Introduction aux questions de la conférence par Jozef Antoni Haber, Professeur Émérite à l'Université Jean MONNET(Pologne); président du Comité scientifique de la Conférence 

     Allocution de bienvenue de Mme Inara Vilkaste invitée d’honneur de la Conférence. 

Première table ronde

Modérateur : Ali Rastbeen, Président de l'Académie de Géopolitique de Paris

 

17h00: Walter Schwimmer, Ancien Secrétaire Général du Conseil de l'Europe

            « Est-ce le laitier qui sonne à la porte?! ». 

17h15: Armel Pécheul, Professeur agrégé de droit public, ancien recteur d’académie

            « La Convention européenne des droits de l’homme »  

17h25: Paweł Sobczyk, Professeur à l’Université d'Opole, Pologne

           « La dignité de la personne: la source des libertés et des droits des personnes et des citoyens ».

17h35: Guillaume Bernard, Maître de Conférences à Sciences-po et à l'Institut Catholique d’Etudes Supérieures

           « L’évolution de la conception des droits de l'homme en Europe, des droits attributs de l'humanité à des droits produits par la volonté ». 

17h45: Elie Hatem Avocat, Professeur à la Faculté Libre de Droit, d'Économie et de Gestion de Paris (FALCO)

           « Les droits de l'Homme : une idéologie d'inspiration française ». 

17h55: Pause   et dédicace du livre « SILENCE OF JUSTICE,

             HUMAN RIGHTS: THE PLATFORM OF FUNDAMENTAL EUROPEAN VALUES » 

Deuxième table ronde

Modérateur : Jozef Antoni Haber, Professeur Emérite à l'Université Jean MONNET

 18h10: Jacques Nguyen Thaison, Ancien diplomate, conseiller politique de l’Académie de Géopolitique de Paris 

            « Les Droits de l’homme comme fondement de l’Europe ». 

18h20: Christina Krűger, avocate, (Strasbourg)

         « Le droit à un procès équitable dans le système judiciaire letton ? Les cas de Inara Vilkaste et Vladimir Vaskevics » 

18h30: Michał Poniatowski, membre de l’Association des Avocats de Varsovie

       « La société scientifique de l’Université Catholique de Lublin : le secret des avocats comme un composant du droit à la Démence ». 

18h40: Jelena Kvjatkovska, Avocate

            « Le Harcèlement pseudo-juridique dans les États post-soviétiques: les cas Vilkaste-Vaskevics » 

18h50: Marcin Wielec: Avocate, (Université Cardinale Stefan Vishynski, Varsovie, Pologne)

             « Entre justice et intérêts dans les procédures pénales ». 

19h00: Ewa Płocha, (Université Cardinale Stefan Vishynski, Varsovie, Pologne):

            « Les activités des services secrets et la protection des droits de l’Homme » 

19h10: Krzysztof Gruszczyński (Université Open pologne):

          « Une place à l'amélioration en ce qui concerne les droits de l'homme en Lettonie ». 

19h20: Roland Łukasiewicz (Université de Management de Varsovie, Pologne) :

          « La loi et l’itinérance des immigrés en Europe ».  

19h30: Débat général et clôture de la conférence.  

 

CONCLUSIONS

Rien n’est aussi crucial que la recherche scientifique pour aider à établir la justice, la liberté, la sécurité et un monde libre de toute violence que ce soit au niveau national ou international. Ceci est la tâche et le challenge pour tous scientifiques et c’est pour cette raison que nous sommes réunis dans cette réputée université de la Sorbonne à Paris pour échanger sur un sujet d'importance capitale.

Durant la conférence, nous avons écouté un grand nombre d’exposés fort variés sur les droits humains dans notre monde contemporain.

« C’est un problème très complexe ! » dit Dr Walter Schwimmer, ancien Secrétaire général du Conseil de l’Europe.

Mais de toutes façons, nous nous devons de faire des efforts pour améliorer ce monde. Le challenge est mondial mais ce sont les individus qui sont concernés. Comme le professeur Armel Pêcheur l’a souligné dans son exposé, l’ennemi des droits de l’homme, dans la majorité des pays est l’ État et son administration à travers l’adoption de leurs systèmes juridiques et lois. Parfois, il y a des situations telles que nous adoptons différents textes internationaux pour protéger les droits de l’homme et aussi réguler notre vie et peut être il n’y a point de droits de l’homme dans ces textes droitdelhommistes ! ?

Ainsi, y a t- il un besoin pressant de réfléchir sur une nouvelle génération de droits humains comme l’a bien signalé le Professeur Guillaume Bernard.

Rien ne vaut, dans un débat sur les droits humains qu’un cas concret et réel de violation des droits de l’homme. C’est précisément celui présenté à la conférence par Mme Inara Vilkaste, de Lettonie, invitée d’honneur de notre assemblée. En des termes dramatiques, elle nous a présenté un aperçu de la manière dont les droits de l’homme ont pu être violés en plein cœur de l’Union Européenne, notamment en Lettonie. Vraiment, nous  ne vivons pas dans un monde parfait !

 L’exposé de Mme Inara Vilkaste a été une grande contribution à notre conférence scientifique. 

La dignité humaine et la liberté sont les plus importante des valeurs comme l’universalité des droits humains mais malheureusement beaucoup d’entre nous, en Europe, les ont oubliées, constatent les professeurs Pawel Sobczyk de Pologne et Jacques NGUYEN Thaison de Paris.

Beaucoup d’autres conférenciers ont passé en revue les procédures légales du point de vue scientifique jusqu’à leur aspect pratique en matière du droit national et international. Mesdames Christina Kruger, Jelena Kvjatkovska et Ewa Plocha et d’autres conférenciers s’accordent à dire que dans notre combat pour les droits de l’homme, nous devons faire appel à différentes approches vis-à-vis des droits humains entre la vieille et la nouvelle Europe, je veux dire entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est.

J’ assume à nouveau mon opinion à savoir  que nous devons suivre quelque chose comme une « Trinité » pour  défendre le futur des droits de l’homme :

-         En premier, nous devons prendre conscience qu’à l’intérieur de l’Europe nous avons une lourde responsabilité devant la terre entière d’avoir à expliquer comment l’Europe a perdu ses valeurs, celles de l’homme, au profit des valeurs matérielles ?!

      - En deuxième lieu, nous nous devons de nous convaincre que, comme scientifiques, notre obligation sacrée est de tout faire aux fins d’améliorer l’état des droits de l’homme et pour cela, nous avons à découvrir de nouveaux instruments et formes capables de nous aider à réaliser les objectifs fondamentaux de la lutte pour les droits humains.

     - last but not least, nous devons nous engager à agir pour les droits de l’homme.

Cette conférence nous a montré que nous sommes conscients, déterminés et engagés pour le combat  des droits de l’homme. 

M. Jozef Antoni Haber, modérateur de la conférence.