***  

 Dans le cadre de ses analyses des grandes questions géopolitiques du monde d’aujourd’hui, l’Académie de Géopolitique de Paris a organisé le 3 juillet dernier un colloque sur le thème «  Quel avenir pour l’Ukraine ». 

Le colloque s’est déroulé à l’Assemblée Nationale où des personnalités de renom, académiciens, diplomates et des chercheurs spécialisés de la question ont apporté leurs éclairages sur ce sujet.

L’ambition du colloque est d'analyser en profondeur l'évolution récente de la crise ukrainienne, en mettant en lumière ses orientations et dynamismes diplomatiques.

Les contributions des intervenants ont permis d'évaluer les effets, la crédibilité et l'avenir de la politique ukrainienne sur la scène internationale, et ce, à l'égard des acteurs traditionnels et modernes, étatiques et non-étatiques, bilatéraux et multilatéraux.

Le colloque a été inauguré par monsieur Jacques Myard, député de la Nation , maire et président du Cercle Nation et République. Le député a profité de cette occasion pour dénoncer ceux qui, en Ukraine, veulent réprimander la Russie risquant ainsi de faire éclater une nouvelle guerre mondiale.  Monsieur Myard a aussi dénoncé ceux qui ont « voulu profiter de la faiblesse de l’Union soviétique à la chute du mur » et qui proposaient même « au sommet de Bucarest de l’OTAN d’y faire entrer l’Ukraine, ce que la France et l’Allemagne ont refusé ». Les traces laissées en Ukraine par la Deuxième Guerre mondiale et le nazisme ont créé sur place « un cocktail explosif », a-t-il ajouté, exhortant les deux parties antagonistes à beaucoup de raison et en insistant sur deux autres axiomes : « l’Ukraine doit exister », et « personne ne doit faire la guerre contre la Russie pour la Crimée ».

***

 

Le président de l’Académie Monsieur Ali RASTBEEN a ensuite pris la parole pour présider la séance, et après avoir remercié l’ensemble des participants à ce colloque, il a rappelé les grandes lignes de la conférence de presse tenue par l’Académie de Géopolitique de Paris le 27 février dernier, à Paris sur la crise Ukrainienne en invitant une délégation ukrainienne à s’exprimer sur le sujet. Trois jours après, l'Ukraine a été secouée par des manifestations d'envergure dont les participants réclamaient la fédéralisation du pays et l'octroi au russe du statut de deuxième langue officielle.

Le président a ensuite présenté un rappel historique des événements marquant la diplomatie mondiale au lendemain de la deuxième guerre mondiale qu’il pense être la trame de fond de plusieurs crises actuelles notamment celle qui sévit aujourd’hui en Ukraine. En effet, les Etats-Unis ont contribué techniquement et financièrement au développement militaire de l’Europe de l’Ouest et c’est ainsi que les révolutions intérieures ont été endiguées.

Or, dans le domaine du partage des profits de l’ère coloniale, les conflits ont perduré : d’une part entre les puissances européennes et leur allié américain, d’autre part avec les pays du bloc de l’est et enfin avec les pays colonisés.

L’Europe, de son côté, compte tenu du transfert des capitaux vers l’Asie de l’Est et du Sud en vue d’y fabriquer des produits industriels à moindres coûts, a besoin de préserver sa solidarité ancienne avec Washington en vue de manœuvrer dans le sens de la stratégie fondée sur « la maîtrise du Sud au profit du Nord »

 L’OTAN et l’Union européenne mettent sous pression Moscou grâce à des opérations de tenaille, d’une part à partir de l’Asie centrale et d’autre part à partir du mont Ararat.

Depuis longtemps, les Etats-Unis ont commencé leur action par le biais de l’élaboration et de soutien aux « révolutions de couleur ». Ceux qui sont sortis victorieux de ces révolutions demandent à s’adhérer à l’OTAN en vue de bénéficier du soutien occidental. L’Europe a ouvert ses portes à leur adhésion. De tels desseins sont prévus, avec quelques différences, en Asie centrale et en Asie du nord-ouest. Les bases accordées en Ouzbékistan, au Kirghizistan, et au Tadjikistan, à l’armée américaine pour son intervention militaire en Afghanistan constituent les têtes de pont des futures actions.

En Asie centrale et occidentale, le « terrorisme islamique » et les nouvelles revendications formulées par de nouveaux pays ont mis à mal la situation des bases militaires et de la marine russe dans la mer Noire. L’OTAN et l’Union européenne tentent de réduire la Fédération russe à un petit Etat soumis à leur diktat. L’OTAN se présente comme une puissance partie prenante dans la sécurité régionale en Ukraine, en Azerbaïdjan, en Arménie, au Turkménistan, en Ouzbékistan et dans les autres pays issus de l’ex-Union soviétique, organisant avec ces pays des manœuvres bilatérales en ouvrant ses portes à l’adhésion. Nous sommes alors, face à des interrogations :

Que faire pour résoudre la crise en Ukraine ? Que doit faire l’Union européenne par rapport à la Russie pour désamorcer la situation actuelle ? Que devrait faire l’Ukraine ?

Le président de l’AGP a terminé son propos par le rappel du caractère urgent que l'Union Européenne réoriente sa politique, convainc les États-Unis, la Russie et l'Ukraine de la mise en place d'un processus politique, sous l'égide de l'ONU, qui respectera la volonté des citoyens ukrainiens. Il faudrait aussi que l'Union Européenne mette en place avec la Russie une feuille de route visant à atténuer les points de divergences. Ainsi, comme le dit le président Rastbeen, La sagesse devrait guider la politique des américaines en Ukraine vers la recherche d’une coopération entre les deux camps, pour la réconciliation, non la domination d’un camp par l’autre. La réalisation d'un tel processus est fondamentale selon lui, pour garantir la stabilité du continent. Il permettra aussi à l'Europe de s'interroger sur sa dépendance militaire vis à vis des États-Unis.

Le colloque a été organisé en deux tables rondes, suivies chacune d’un débat général.

La première intervenante de la première table ronde madame Christine Bierre, journaliste, rédactrice-en-chef de Nouvelle Solidarité et collaboratrice de Jacques Cheminade. Elle est intervenu sur le sujet de : La paix en Ukraine passe par la nouvelle route de la soie.

Résoudre la crise ukrainienne implique selon madame Bierre, un changement profond de l’ordre mondial.  Un changement politique d’abord, car cette crise est l’aboutissement de la volonté des puissances transatlantiques de réduire la Russie à sa plus minime expression en décrochant de sa zone d’influence y compris les plus proches de ses anciens alliés. Un changement économique ensuite, car elle illustre la faillite des politiques de pillage financier imposées par l’ordre transatlantique aux anciens pays du bloc communiste, comme au reste du monde.

Madame Bierre a ensuite cité le président chinois Xi-jinping qui au cours de son récent voyage en Europe, déclinait sa stratégie de « nouvelle route de la soie » : le développement de corridors d’infrastructures modernes entre la Chine et l’Europe, à travers la Russie et l’Asie centrale, le long des tracés des anciennes routes de la soie. Madame Bierre a essayé ensuite de montrer comment cette stratégie, combinée à une profonde réforme du système financier mondial, pourra contribuer au rétablissement de la paix en Ukraine et à la création d’un ordre de paix et de croissance dans le monde?

***

Le deuxième intervenant, le Recteur Gérard-François DUMONT, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne ; auteur de nombreux ouvrages portant sur la géopolitique, la démographie, la gouvernance mondiale, traduits dans une quinzaine de langues.  Président de la revue Population & Avenir ; Vice-président de l’Académie de géopolitique de Paris et  Administrateur de la société de géographie à présenté un sujet sur L'Ukraine, une terre étrangère pour la Russie ?

Le 1er décembre 1991, l’Ukraine pays accède à l’indépendance, après un référendum positif à plus de 90 % des suffrages, indépendance reconnue par la communauté internationale. La limite administrative entre la Russie et l’Ukraine se transforme en frontière internationale et les deux pays deviennent étrangers l’un à l’autre, chacun se régissant selon ses propres institutions, son propre gouvernement et ses propres lois. La nouvelle séparation politique entre l’Ukraine et la Russie voit sa réalité confirmée par nombre d’éléments objectifs. Néanmoins, une analyse plus approfondie montre que l’Ukraine et la Russie ne se considèrent pas nécessairement comme totalement étrangers l’un à l’autre conclut le recteur. 

***

             L’intervention suivante était celle du Général (2S) Henri PARIS ; Général en deuxième section, président du club de réflexion politique DÉMOCRATIES,  Conseiller de trois ministres et auteurs de plusieurs ouvrages dont le dernier intitulé « L’Oncle Sam et le Mandarin ». L’intervention du Général Paris a abordé la place de la Russie sur l'échiquier mondial vis-à-vis du problème ukrainien.

Les relations entre la Russie et l’OTAN ainsi qu’avec les Etats-Unis se sont considérablement détériorées en 2014,tant du fait de la mise en place du bouclier américain antimissile que de la politique russe à l’égard de l’Ukraine.

         Le Kremlin estime que le bouclier ABM américain est essentiellement dirigé contre la Russie, éventuellement contre la Chine. A cet effet, entre autres, les Russes ont effectué avec succès, le 6 juin 2013, le lancement d’essai d’un nouveau missile balistique intercontinental. Par ailleurs, les Russes ont procédé, en 2014, au déploiement dans l’enclave de Kaliningrad, de missiles Iskander M de 50 à 500 km de portée. La menace, là, est principalement dirigée contre l’OTAN et ses alliés.

A l’égard de l’Ukraine, la stratégie de la Russie est limpide : elle est la même que celle employée à l’égard de la Moldavie , de 1992 à 1994, et de la Géorgie en 2008. Mieux qu’en Moldavie, elle a pu soutenir les éléments russophones en Géorgie et ainsi obtenir unilatéralement l’indépendance de l’Ossetie du Sud et de l’Abkhazie. Pour l’Ukraine, le rattachement de la Crimée est acquis depuis mars 2014; reste celui de l’Ukraine orientale. Le but stratégique russe est de regagner ce que fut l’entité territoriale représentée tant par la République fédérale soviétique russe que l’empire russe des Tsars.

Le problème ukrainien reste entier. Il a été ouvert en novembre 2013 par le refus du président Viktor Ianoukovitch de signer l’accord d’association avec l’Union européenne (UE), suite à son refus d’accorder un prêt de 20 milliards de $ pour sauver une économie ukrainienne en débâcle chronique. S’en est suivie une émeute à Kiev, avec occupation de la place Maïdan.

L’agitation en Ukraine orientale tourne à la guerre civile. Les éléments pro-russes se forment en république indépendante du Donbass après un référendum pas plus reconnu par les Occidentaux.

L’élection de Petro Porochenko, pro-européen et oligarque est, elle, reconnue par les Occidentaux. Le 27 juin 2014, Porochenko, à Bruxelles, a signé l’accord d’association avec l’UE. Il a été suivi dans la foulée par la Moldavie et la Géorgie. Cela représente un revers pour la Russie. S’ouvre un redoutable problème pour l’UE, car il s’agit de soutenir ces accords d’association qui sont à sens unique. L’UE est-elle apte à supporter la charge ?

***

                                                  

Le quatrième intervenant, monsieur Jean-Michel Vernochet : écrivain et politologue a traité de la Géopolitique de la crise ukrainienne.

Monsieur Vernochet pense que la crise ukrainienne est la crise la plus grave que traverse l’occident depuis le blocus de Berlin en 1948, crise qui ouvre l’ère de la Guerre froide. Laquelle culminera avec l’alerte aux missiles soviétiques de Cuba en octobre 1962. Observons que le niveau actuel de conflictualité est caractéristique d’un certain retour au statu quo ante de sourde belligérance entre les deux Blocs, Est et Ouest, cette fois dans un monde non plus bipolaire, mais multipolaire. L’Irak et la Syrie - qu’Israël n’hésite pas à pilonner dans le Golan - complétant le tableau d’une crise à entrées multiples et où s’observe un significatif accroissement des risques d’embrasement général… Ne perdons pas de vue la montée des tensions sur les pourtours, continentaux ou maritimes, de la Chine ! Un monde nouveau, inconnu, en pleine recomposition et où de grandes puissances émergentes battent en brèche les ambitions hégémonique des États-Unis… notamment en ce qu’elles visent à contrôler l’ensemble des régions déterminantes du point de vue des ressources en énergies fossiles ou des espaces de transit.  Inutile d’énumérer les zones stratégiques qui, de ce point de vue, jalonnent le continent eurasiatique. Régions qui toutes se situent sur le Rimland, ceinture géopolitique qui enserre la masse continentale de la Mer Noire à l’Hindou Koush, et au centre desquelles se trouvent justement les trois zones de guerre dont il vient d’être question.

Trois crise qui ont en commun l’incapacité occidentaliste à susciter et soutenir des gouvernements ou des mouvements politiques aptes à bâtir des consensus nationaux en prenant comme point de départ de leurs réflexions et de leurs actions la “nature divisée” des nations en cause. Ce qu’avaient réussi, pour le pire et le meilleur, la dictature communiste en Ukraine et les dictatures baasistes en Irak et en Syrie. État de stabilité auquel le modèle démocratique et libéral - dont l’essence est celle d’un perpétuel marchandage voire de la corruption – n’est jamais parvenu lorsqu’il a voulu s’appliquer hors de l’Hémisphère Nord… Un échec chronique qui a conduit à mettre en danger les peuples du Vieux Continent, dans et hors l’Europe, en raison des risque croissants d’embrasements régionaux… en Europe orientale, au  Proche-Orient et en Mer de Chine.  Car le spectre de la guerre universelle rôde à nouveau, au Levant et sur les  rives de la Mer Noire menaçant l’Europe de Paris à Vladivostok. 

***

 Le cinquième intervenant David Mascré, chargé de cours en géopolitique dans l'enseignement supérieur a analysé les enjeux gaziers du conflit

 En effet, il serait vain ou naïf de ne voir dans l’affrontement récent entre la Russie et l’Ukraine que l’effet direct d’une crise ponctuelle, surgie comme par magie en 2013 à la suite des événements survenus sur la place Maïdan.

Dans ce dossier complexe, la question de l’accord d’association avec l’UE – préalable théorique à une hypothétique et lointaine adhésion à l’UE - ne fut qu’un prétexte. Dès lors que l’on aborde le dossier sous son aspect énergétique et plus spécifiquement gazier, on s’aperçoit que le conflit entre la Russie et l'Ukraine s’enracine dans la longue durée. Depuis plus de 10 ans, le feu couve entre Kiev et Moscou sur ce dossier clé. A la tentative poutinienne de reconstitution de la verticale du pouvoir par la réappropriation des réserves stratégiques contenues dans le sous-sol russe et l’enserrement progressif de l’Europe dans un vaste réseau de gazoducs acheminant le gaz aux pays importateurs a répondu la stratégie américaine de déstabilisation de l’Ukraine et de constitution d’un axe stratégique de la Baltique à la mer Noire destiné à briser la montée en puissance russe en entravant le développement des réseaux North Stream et South Stream et en brisant la domination de Gazprom en matière d’acheminement gazier.

Vue sous cet angle, la crise ukrainienne apparaît pour ce qu’elle est : un épisode singulier du nouveau Grand jeu, une expression singulière et localisée d’un affrontement énergétique global dont l’enjeu est rien moins que le contrôle des ressources énergétiques eurasiatiques, la reconfiguration de la route des pipes, le bridage de la montée en puissance des pays émergents et le maintien sous dépendance des Etats situés dans le Rimland.

 ***

La dernière intervenante de la première table ronde est madame Florence Mardirossian : Spécialisée dans les affaires politiques, elle travaille pour les institutions européennes et les organisations internationales. Outre ses activités de conseil et d’enseignement, elle dirige aujourd’hui un think-tank international basé à Paris, Geopole Europe. Sa communication a porté sur : L'Ukraine entre deux mondes. Espaces politiques divisés et représentations fragmentées.

Prise en étau entre deux espaces sociopolitiques, interdépendants et concurrents, l’Ukraine s’est ouvertement divisée lorsque le pays a dû choisir entre la zone de libre-échange avec l’UE et l’Union douanière dominée par la Russie. En dépit d’un mouvement social profond ayant réuni les Ukrainiens contre la corruption, alors incarnée par l’ex-président pro-russe Viktor Ianoukovitch, une partie de la population ne s’est toutefois pas retrouvée dans la tournure « pro-occidentale :» des événements. De surcroît, l’antagonisme entre les représentations majoritaires dans les régions du sud-est du pays et celles qui prévalent à l’ouest et à Kiev a été exacerbé par les mécanismes de propagande internes et externes au pays. L’enjeu aujourd’hui est d’enrayer la « privatisation » par les oligarques des régions sous tension, en restaurant les institutions et l’Etat de droit, pour faire face aux défis économique et géostratégique qui attendent la nouvelle Ukraine.

***

Après un débat général avec la salle, la deuxième table ronde a été ouverte par l’intervention de monsieur Vadym Omelchenko; président de l’Institut  Gorshenin qui a a quant à lui  parlé de L’Ukraine : l’examen pour l’indépendance

L’Institut Gorshenin est un cercle de réflexion ukrainien, basé à Kyiv et fondé en 2006. Il s’intéresse sur des questions concernant la vie politique et sociale, conduit des études sociologiques et organise des plateformes de communication.

Monsieur Omelchenko pense que le peuple ukrainien est en train de faire un choix civilisationnel entre les valeurs européennes et l’héritage post-soviétique.

De la façon dont lUkraine pourra répondre aux défis d’aujourd’hui dépend sa préservation en tant qu’État. C’est pourquoi il pense aujourd’hui que l’Ukraine passe de nouveau son examen pour l’indépendance.

Tout au long de son intervention, monsieur Omelchenko a tracé les défis de l’Ukraine d’aujourd’hui. En 7 mois, lUkraineafaitsonchemindepuis le Sommet de Vilnius, à travers le Maïdan, la Révolution, la chute de la dictature, la formation du pouvoir populaire, l’annexion de la Crimée, l’élection du Président de la République et la crise actuelle à l’Est du pays.

Pour l’Ukraine dans ces circonstances, il était surtout important d’obtenir un pouvoir légitime. Le nouveau Président a été élu au premier tour avec 54% des votes. Aujourd`hui il forme une nouvelle équipe pour réaliser les reformes. Quels sont les défis principaux auxquelsle nouveau pouvoir ukrainien fait face selon nous?

1.      Mettrelafin à laguerreà l’Est de l’Ukraine et normaliser ses relations avec la Russie

2.      Stabiliser l’économie

3.      Débarrasser le pays de la corruption

4.      Mettreenplacelaréélection du parlement et des autorités locales

5.      Réaliser la réforme de l’administration locale

6.      Minimiser l’impact des oligarques sur la politique et l’économie en Ukraine

En ce qui concerne la situation à l’Est, où 14% de la population de l’Ukraine sont concentrés, et où 44% de la métallurgie et 77% de l’industrie minière y sont concentrés, les régions de Donetsk et de Lougansk, représentent la Vendée ukrainienne aujourd’hui. Ce sont les régions LES PLUS DEPRESSIVES ET CONSERVATRICES qui sont traditionnellement plus proches de la Russie. Des oligarques et des monopolistes qui ne veulent pas de reformes et qui souhaitent garder des conditions préférentielles y sont basés aussi. Le nombre des séparatistes armés s’approche aujourd’hui de 10 milles personnes. En plus des spécialistes des services spéciaux russes, des mercenaires qui ont passé par la Transdenstrie, la Yugoslavie, l’Abkhasie et la Tchetchenie y font la guerre. Ils conduisent la mobilisation des personnes pour la plupart criminelles mais aussi une partie des habitant locaux convaincus par la propagande russe qui sont en minorité.

            La propagande sans précédent assurée par les médias russes est un facteur très important dans cette guerre, elle affecte surtout les gens dans des régions économiquement déprimées.

Un défi important est la conduite des élections parlementaires et locales et la mise en place rapide de la reforme de l’administration locale. Le manque de pouvoir des provinces, y compris le manque de pouvoir financier, est une des raisons de la crise d’aujourd’hui.

Un défi très important pour le pays est aussi la minimisation de l’impact des oligarques ukrainiens sur la société et sur l’Etat.

Sans s’arrêter sur le rôle de Poutine dans la crise ukrainienne, monsieur Omelshenko a évoqué quelques éléments qui aident à comprendre ses motivations. La plus simple, c’est la restitution de l’Empire. Mais, à part l’influence politique et le maintien des Etats post-soviétiques dans son orbite, il y a aussi des raisons purement économiques. La géographie des lieux d’instabilité en Ukraine coïncide avec l’emplacement du complexe militaro-industriel ukrainien dont dépend le complexe militaro-industriel russe. Aussi, le contrôle sur l’Ukraine est important du point de vue de la monopolisation du marché européen de l’énergie, notamment le contrôle du gazoduc ukrainien et le blocage de l’extraction du gaz de schiste dont les dépôts se trouvent à l’Est, précisément là où la Russie est active aujourd’hui.

            Le 27 juin, L’Ukraine a signé l’accord de l’association avec l’UE. Monsieur Omelshenko s’est dit convaincu que l’Ukraine préservera son indépendance et sera en mesure de devenir un partenaire à part entière de la communauté des peuples européens.

***

           La deuxième intervenante de la deuxième table ronde,  madame Christine Dugoin-Clément chercheure à IPSE a analysé dans son intervention les enjeux de politique interne après la dernière élection présidentielle.

            En 1989, le mur de Berlin tombait, suivait l'effondrement de l'URSS et des régimes communistes en place en l'Europe de l'est. Ces pays ont entamé une modification profonde en créant des institutions démocratiques. En parallèle, l'Union Européenne s'élargissait et devenait le symbole de valeurs démocratiques. Les premiers manifestants de Maidan demandaient un changement radicale de gouvernement et voulaient rejoindre l'UE et ses valeurs. Les élections présidentielles du 25 mai étaient un premier pas dans cette voie. Les édiles nouvellement élus dans ce pays qui n'a pas encore de tradition démocratique, doivent reconstruire la structure politique interne et créer un état de droit pour pouvoir modifier les institutions et les administrations et pacifier le pays, portant ainsi la volonté du Maidan. Enfin ces changements doivent se faire rapidement et dans un contexte particulièrement tendu en interne avec la guerre civile de l'est et à l'international tant la "crise ukrainienne" cristallise les tensions entre les anciens acteurs de la guerre froide.

*** 

 

Le troisième intervenant, le professeur Hall Gardner a choisi de traiter les relations entre l’OTAN-l’UE-la Russie et l’Ukraine

The Crimea crisis reveals the complete failure of NATO, the EU and Russia to find a path toward security cooperation in the post-Cold War era as originally proposed by George Bush Sr and Mikhail Gorbachev.  There is a crucial need for a concerted US-EU-Russian policy to prevent Ukrainian state collapse, bankruptcy and socio-political instability. A “grand compromise” between the US, Europeans and Russia (by means of the creation of a regional system of peace and development involving overlapping US-European-Russian security accords for the entire Black Sea and Caucasus instead of a NATO-controlled system of defense) will require truly engaged diplomacy in which US, EU and Ukrainian 'vital' interests and those of Moscow are eventually redefined and reconciled. The alternative is a period of intense geopolitical and arms rivalry that could soon prove even more dangerous than that of the Cold War.

D’après le professeur Gardner, la crise en Crimée révèle l'échec complet de l'OTAN, de l'UE et de la Russie à trouver un chemin vers la coopération en matière de sécurité dans l'ère post-guerre froide comme initialement proposé par George Bush père et Mikhaïl Gorbatchev. Il  y a un besoin crucial d'une politique US-UE-Russie concertée pour prévenir l’effondrement de l'État ukrainien, sa faillite et son instabilité socio-politique. Un «grand compromis» entre les États-Unis, les Européens et la Russie (par le biais de la création d'un système régional de paix et de développement impliquant le chevauchement des accords de sécurité américano-russo-européennes pour l'ensemble de la mer Noire et dans le Caucase, qui se substituerait au système de défense de l'OTAN), requiert une diplomatie réellement engagée dans laquelle les Etats-Unis, l'UE et les intérêts ukrainiens «vitaux» et ceux de Moscou sont finalement redéfinis et rapprochés. L'alternative est une période de rivalité géopolitique intense et de course aux armements qui pourrait bientôt se révéler encore plus dangereuse que celle de la guerre froide.

***

 

L’intervenant suivant, le professeur Patrick Dombrowsky, Directeur de l’Observatoire d’Analyses des Relations internationales, a parlé du sujet de la diplomatie ukrainienne pour demain.

Lors de son accession à l'indépendance post-soviétique, en 1991, l'Ukraine s'est trouvée devant le défi de s'inventer une diplomatie, une place internationale dans un concert des nations européennes profondément bouleversé. Ceci avec deux impératifs: préserver les impératifs de sécurité du voisin russe, et bénéficier le plus possible de la prospérité induite par l'Union européenne.

Les aléas et les crises politiques connus par l'Ukraine depuis lors font qu'elle en est toujours au même point dans cette recherche d'une politique étrangère qui lui soit propre. Pourtant, deux axes géographiques existent, qui pourraient constituer des bases sur lesquelles appuyer une émergence diplomatique qui ne romprait ni avec l'Europe, ni avec la Russie:

 - la mer Noire, dont l'Ukraine reste un acteur important malgré la perte de fait de la Crimée;

 - le rapprochement avec la Pologne et la Roumanie, qui pourrait constituer non seulement un axe économique, mais aussi un pôle de stabilité régionale.

***

  

Après un échange avec la salle, le colloque a pris fin par une synthèse des interventions qui se sont succédées, conclusion réalisée par monsieur Pierre Berthelot, enseignant-chercheur associé à l'IFAS et coordinateur du groupe d'étude "Grande Méditerranée" à l'Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE).