Conférence internationale

Géostratégies régionales et internationales de l’avenir de l’Irak 
07 septembre 2011
Palais du Luxembourg (Sénat)

 

Forte du succès de ses colloques et conférences internationaux consacrés aux relations internationales et stratégiques, l’A.G.P  aborde dans cette nouvelle édition les nouveaux facteurs et acteurs de développement en Irak et les géostratégies régionales et internationales de sa reconstruction.

L’avenir de l’Irak constitue avec la question de la démocratie des sujets qui ont marqué profondément le débat politique en Occident et au Moyen-Orient depuis le début de la guerre en Irak de 2003.

L’avenir de l’Irak est une question complexe, de nature politique, sociale, économique, religieuse et culturelle. La démocratie à elle seule ne suffit pas à rétablir l’ordre et à favoriser une gouvernance équitable entre l’ensemble des communautés composant l’Irak d’aujourd’hui. La démocratie, le développement et la paix constituent une trilogie, un dessein commun voué au respect des droits humains y compris le droit à la dissension, la primauté du droit caractérisée par des institutions politiques dynamiques, par le constitutionnalisme et par l’indépendance du judiciaire, l’existence de structures économiques ouvertes et concurrentielles.

Le Nouvel Irak avec sa nouvelle légitimité sur la scène régionale et internationale demeure un enjeu international pour les Irakiens mais également pour toute la région du Moyen-Orient. Les enjeux géostratégiques de la présence américaine sur le sol irakien rendent cette légitimité complexe pour les Irakiens mais aussi aux yeux des pays arabes. La question de sa perception dans le contexte de la reconstruction de l’Irak s’impose aujourd’hui dans une perspective de développement de l’Irak dans la région et avec ses partenaires historiques dans le monde. La réalité géostratégique n’échappe pas à cette dynamique, il est fondamental de comprendre ce qui se déroule en Irak, qui sont les acteurs de l’avenir de ce pays, quelles stratégies pour quels partenariats sont mis en place pour construire une légitimité de l’Irak de demain.

Aborder l’avenir de l’Irak avec une démarche prospective  serait décalée sans recours à une analyse géostratégique et géopolitique de l’Irak d’aujourd’hui. L’analyse géopolitique de type scientifique, celle qui prend en compte pour chaque territoire disputé, les arguments des forces politiques adverses, met en évidence les enjeux politiques et stratégiques du pays. Sans négliger l’approche politique qui elle aussi analyse la vie politique en terme de contradictions débattues de façon démocratique et qui met en évidence les grands défis auxquels sont confrontés les décideurs politiques irakiens.

L’avenir politique et économique de l’Irak demeure toutefois associé à l’unité du territoire de la nation lorsque celle-ci est contestée ou menacée de l’extérieur.  Aujourd’hui, l’avenir de l’Irak se construit dans une perspective d’union nationale qui permettrait de finir avec les divisions communautaires et régionales pour fédérer toutes les forces nationales.  C’est lorsqu’il s’agit de territoires, enjeux géopolitiques primordiaux chargés de fortes valeurs symboliques, que les rivalités de pouvoirs s’exacerbent, et que monte le risque de la guerre.

Ces interrogations ont poussé l’Académie de Géopolitique de Paris de proposer une analyse profonde de l’aspect géopolitique et géostratégique de la reconstruction irakienne post-conflit permettant d’apporter plusieurs éclaircissements à l’ensemble des observateurs du Moyen-Orient, aux décideurs politiques sur les perspectives d’avenir dans un Nouvel Irak.

Le moment est venu pour réfléchir sur la forme ainsi que l’impact que pourra prendre l’avenir de l’Irak et de la région du Moyen-Orient après le retrait des Etats-Unis. Le retrait américain amorcerait-il une stabilité et une paix durable ? Comment les acteurs vont gérer le chaos qui ne cesse d’accroître dans toute la région ? La Syrie semble dépassée par le conflit irakien et ses troubles intérieurs. Quant à la Turquie, elle se préoccupe surtout du sort du Kurdistan et de ses réserves pétrolières. L’Iran soucieux de la population chiite arabe irakienne qui est partie prenante dans un conflit d’hégémonie régionale.

L’avenir de l’Irak ne serait-il pas la consolidation des mécanismes et institutions démocratiques pour faire face à une sortie du conflit constructive qui permettrait d’endiguer toutes les tentatives hégémoniques ?

Cette conférence s'adresse aux chercheurs, universitaires, diplomates, économistes et financiers de tous les secteurs impliqués ainsi qu'aux décideurs des secteurs public et privé amenés à faire des choix politiques, économiques dans l’orientation des stratégies de développement en Irak.